AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 ❝ Bad people are not necessarily attracted by bad people ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Alys J.K Materson
Mutant Rebelle
Mutant Rebelle
avatar

Avatar : Hilary Duff
Un souvenir ? : You & I
Messages : 165
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 27
Localisation : Le Jacks' & Le métro

Ton Passeport S'il Te Plait ?
Âge du personnage: 22 ans
Pouvoir: modulation des émotions, et des relations entre les personnes.
Autorises-tu Escape à te défier: Oui

MessageSujet: ❝ Bad people are not necessarily attracted by bad people ❞   Jeu 10 Jan - 18:40



Chris & Jacks








Bad people are not necessarily attracted by bad people



Alors que j'entrais au Jacks peu avant l'ouverture, je ne pensais qu'à une chose. Ou plutôt devrais-je dire : une personne. Au départ, quand j'ai rencontré Chri et les quelques fois qui suivirent, je ne l'aimais pas du tout. Il m'appelait par mon prénom, mon prénom officiel, celui qui était sur les listes... Alys. C'est comme ça que je m'appelais dans leurs fichiers, et c'est comme ça qu'on m'appelait dans leurs fichiers seulement. Depuis mes seize ans, je vis sous le nom de Jacks, et ce n'est pas anodin. Quand j'ai abandonné mon nom, j'ai abandonné la vie que j'avais menée jusqu'alors. Et je ne veux plus en entendre parler... Bref, quand Chris m'appelait Alys, cela provoquait une remontée à la surface de toutes ces choses qu je tentais d'oublier, et je devenais agressive. Trés agressive. Parfois violente et hors de contrôle. C'est ce qui avait faillit me coûter la vie. Je m'étais emportée, contre Chris, et je m'étais enfuie, mai au lieu de me laisser filer, il m'a suivit, et m'a sauvé d'une embuscade. Quand je suis en colère, je ne vois plus vraiment ce qui se passe autour de moi, et ce soir-là, n'étais pas le bon soir. Mais Chris était là. Et au lieu de se vanter, et de me narguer, il n'avait plus soulevé le sujet, et ce soir-là, j'ai changé d'avis. Contrairement à moi, Chris était quelqu'un de bien. Je ne l'étais pas. Je n'étais qu'une trafiquante parmi tant d'autres, et je jouais avec les gens, et particulièrement les mecs.
Je pense que l'absence prolongée de mon père et par la suite son rejet m'ont enfermée dans une quête perpétuelle, celle d'un homme, un vrai, qui soit responsable, et là pour moi. Je ne voulais pas de l'homme que ma mère avait eu, et si un jour j'avais des enfants, je voulais qu'ils puissent grandir au côté de leur père. Jusqu'à peu, je m'étais considérée comme mal barrée... C'est vrai, j'enchaînais les relations sans lendemain, j'avais un nouveau mec chaque semaine... Bref, une vrai... Sal*pe. Oui, on peut le dire. Mais depuis peu, je 'étais attardé sur une cible : Chris. Sans dire que j'en étais amoureuse, j'admets qu'il m'attirait franchement. Alors de mon ennemi juré il est passé en peu de temps, à un pote, puis un ami, avant d'être un flirt. C'était la première fois que je m'attardais autant dans la première phase d'une relation.
D'un accord tacite, nous n'étions pas officiellement en couple ni quoique ce soit. Nous nous cachions presque. Parfois, c'était le jeu. D'autre fois, c'était du 'fuis-moi je te suis, suis-moi je te fuis'... Bref, le passage de flirt avant toute relation dite normale. Du moins, à ce que j'en avais compris, parce que moi et les relations dites normales, jusqu'à présent, ça faisait quatre.

Le Jacks ouvrait ses portes à minuit, et la plupart du temps, les gens faisaient déjà la queue, si bien, qu'à l'ouverture, le Jacks était aussitôt plein. La réputation de ma boîte de nuit s'était faite assez rapidement. J'avais ouvert l'établissement deux ans plus tôt, et déjà il n'était pas rare que nous soyons obligés de refuser du monde, pour respecter les normes de sécurité. Le bouche à oreille avait bien fonctionné. Les gens s'étaient passé le mot comme quoi, chaque fois qu'on entrai là-bas, on se sentait plus détendu. Tu parles... ça vallai pour eux, mai pas pour moi. En effet, grâce à mon pouvoir, je maintenais un sentiments de paisibilité, qui évitait les mouvements de foule ou les bagarres, et du coup, les contrôles trop récurrents et les descentes de flics. Quand on est un mutante on doit prendre certaines précautions.
Ce soir-là, je vis Chris s'avancer parmi les autres clients. J'attendis en le guettant du coin de l'oeil qu'il s'asseye au comptoir comme souvent ces derniers temps, et... C'était parti, j'étais sur le dancefloor, et je passais de mec en mec, dansant collé serré. Je voulais tester Chris, le narguer, voir comment il réagirait devant ce spectacle. Je savais qu'il me regardait, je le sentais. Je le provoquais consciemment, tout en essayant de ne pas aller trop loin. C'est à dire, aucun contact lèvres contre lèvres, et aucun attouchement douteux, juste de la danse. Je voulais une réaction, et une réaction en particulier. Mais peut-être pour celà faudrait-il aller plus loin... Et c'est mes yeux dans ceux de Chris, et je m'accrochai au cou de l'homme face à moi pour danser furieusement...









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Malraut
Mutant Rebelle
Mutant Rebelle
avatar

Avatar : Kellan Lutz
Un souvenir ? :
Messages : 126
Date d'inscription : 21/07/2011
Age : 27
Localisation : Le métro normalement, mais vous aurez sans doute plus de chance en me cherchant au Jack's

Ton Passeport S'il Te Plait ?
Âge du personnage: 23 ans
Pouvoir: Super force
Autorises-tu Escape à te défier: Oui

MessageSujet: Re: ❝ Bad people are not necessarily attracted by bad people ❞   Jeu 10 Jan - 21:22

Jacks & Chris
Alys ou Jacks, peu importait, elle m'intéressait, et c'était la première depuis Jenny qu'une nana passait autant de temps à torturer mon esprit. C'est vrai, nos débuts avaient été difficiles et je n'aurais jamais imaginé qu'elle puisse finir par hanter mon âme toute entière. Je ne parvenais pas à dire ce qui m'attirait avec tant de force, mais je ne songeais plus qu'à elle, ne voyais plus qu'elle, et pourtant, je me refusais à venir lui proposer quelque chose de sérieux. Parce que même si je me refusais encore à l'avouer, elle me plaisait au point que si jamais elle me riait au nez, après que je lui propose quelque chose de plus fort qu'une amitié améliorée, je pense que ça ferait voler le reste en éclat. Ça n'avait rien à voir avec le fait que j'étais le genre de mec à me trouver irrésistible, ou que je pensais que toute les femmes recherchaient une situation stable, mais lorsque mes sentiments étaient là, ils étaient si intenses et entiers que s'ils n'étaient pas réciproque, je préférais passer rapidement à autre chose, plutôt que de souffrir inutilement, ce qui en l'occurrence signifierait la fuir.

Est-ce qu'on pouvait parler d'amour ? Je n'en étais pas encore persuadé, malgré tout. Pour le moment, elle m'attirait, j'adorais sa compagnie et j'avais la sensation qu'on était sur la même longueur d'onde. Mais je voulais plus qu'une simple histoire de sexe, je voulais quelque chose d'authentique. On en était encore à la phase du flirt, sans attache. Pas le droit d'être jaloux d'autres conquêtes, s'il y en avait. En théorie du moins. De mon côté, je tentais imperceptiblement d'apprendre à la connaître davantage, tout en lui montrant qui j'étais réellement. Bagarreur et impulsif peut-être, mais aussi taquin, protecteur et vrai dans ce que j'entreprenais. Et si je la voulais, ce serait pour moi seule, mais une femme comme elle accepterait-elle vraiment de se laisser enfermer par un seul homme ?

Je passais énormément de temps dans sa boîte, et ce soir ne faisait pas exception. De toute façon, mis à part pour prendre les décisions relatives au clan, et aller chercher les provisions dans le monde extérieur, je n'avais pas grand chose d'autre à faire. Et vu que je risquais ma liberté et ma vie chaque fois que je conduisais des expéditions pour rapporter des vivres au clan, autant profiter au max de la vie. Arrivé à l'intérieur, je m'installais au comptoir, commandant un rhum orange. Je voulais commencer la soirée doucement, ma lucidité me permettant de l'admirer plus pleinement. Une fois servit, je me retournais pour la chercher, elle qui aimait faire la fête, elle était obligatoirement sur le dancefloor à se trémousser. Je la repérais rapidement, l'être humain ayant apparemment la capacité de repérer avec une vitesse fulgurante les personnes qui l'attirait naturellement. Papillon de nuit qui se sentait inexorablement aimanter par la lumière. La voyant danser serrer entre deux mecs, mon air intéressé n'avait pas faillit, malgré la pointe d'agacement qui s'insinuait en moi. Est-ce que c'était un jeu pour voir si je m'intéressais vraiment à elle, ou est-ce que tout simplement, une amitié améliorée lui était parfaitement satisfaisante ? Je ne parvenais pas à percer le fond de sa pensée, et ça me rendait assez fou, cette manière qu'elle avait de jouer avec moi aussi facilement, et pourtant j'en redemandais. Mais ça rendait le challenge d'autant plus excitant, j'imagine.

Je n'avais pas vraiment l'intention d'aller la "déranger" et préférais jouer la carte de l'indifférence. Sauf qu'elle finit par croiser mon regard, pour juste après s'accrocher au cou du type en face d'elle, et d'entrer dans une danse mêlant violence et sensualité. C'était donc bien de la provocation. Ce regard ne pouvait pas tromper, et la coïncidence bien trop millimétrée. Détournant le regard, je commandais un double whisky, tout en me demandant si je devais la rejoindre ou non. Un peu énervé qu'elle joue avec moi, et détestant les mecs qui en profitaient même si je les connaissais pas, je bus cul sec mon verre avant de me lever, le regard prédateur, et de me frayer un chemin jusqu'à elle. Un regard de défi ancré dans les yeux, je montrais par ma simple posture gentiment menaçante et l'expression de mon visage que ces deux types avaient intérêt à aller voir ailleurs.

Je viens prendre le relais, j'espère que ça t'embête pas trop, demandais-je sur un ton faussement neutre, avec un sourire en coin.

Et attrapant ses poignets, je passais ses bras autours de mon cou, comme elle l'avait fait avec le type juste avant, ancrant mes iris de manière significative dans les siennes, avant de l'emmener dans le même genre de danse sulfureuse qu'elle avait eu avec les autres mecs.
code by biscotte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alys J.K Materson
Mutant Rebelle
Mutant Rebelle
avatar

Avatar : Hilary Duff
Un souvenir ? : You & I
Messages : 165
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 27
Localisation : Le Jacks' & Le métro

Ton Passeport S'il Te Plait ?
Âge du personnage: 22 ans
Pouvoir: modulation des émotions, et des relations entre les personnes.
Autorises-tu Escape à te défier: Oui

MessageSujet: Re: ❝ Bad people are not necessarily attracted by bad people ❞   Jeu 10 Jan - 23:14



Chris & Jacks








Bad people are not necessarily attracted by bad people



Lorsque j'ai croisé le regard de Chris, j'ai compris. J'ai compris que sans aller trop loin, j'avais atteint la limite du supportable, pour lui. Je sentis son indifférence de façade soudain se muer en une sorte de jalousie naissante, et alors que je dansais à en perdre haleine avec l'homme fac à moi passant mes bras autour de ses épaules, je le vis commander un autre verre, du coin de l'oeil. Il renversa sa tête en arrière et j'avais à peine cligné de yeux qu'il était là. J'avais eu l'impression qu'il s'était matérialisé à mes côtés. Je levais la tête vers lui avec l'air de celle qui ne le connaissait pas, un sourcil levé en signe d'interrogation, comme pour demander : Vous voulez quelque chose? Mais mon sourire me trahit. J'étais bien plus que ravie de le voir à mes côtés. J'étais aux anges. Ce soir, il ne m'en fallait pas moins pour être comme enchantée. Le regard de Chris m'ensorcelait, et me fascinait. C'était la première fois qu'un homme me faisait cet effet là. Il feignit l'indifférence de nouveau en demandant platement, comme si de rien n'était, comme si notre jeu de séduction n'avait pas eu lieu :
CHRIS - Je viens prendre le relais, j'espère que ça t'embête pas trop.
Il me saisit les poignets, et ni vu ni connu, je me retrouvais accrochée à lui comme je l'avais été à l'autre. Mais cette fois-ci, la personne qui se trouvait devant moi me plaisait bien plus. Son regard à lui avait, à mes yeux, bien plus de profondeur que celui de n'importe quel autre homme... Il planta justement son regard intense au fond du mien, et j'eus l'impression que l'intérieur de mon corps fondait. J'étais en train de fondre pour lui. Plus je passais du temps en compagnie de Chris plus il m'attirait. Peu à peu, tout chez lui devenait irrésistible, de son look à son odeur, en passant par ses mimiques et son comportement, tout m'attirait irrémédiablement. J'étais comme aspirée par son être. Mais je fis mine de rien, comme s'il ne m'attirait pas, comme si je n'avais pas envie de l'embrasser, comme si je n'avais pas envie de lui, de son corps, de sa peau contre la mienne, de ses lèvres sur les miennes. Et, d'un murmure au creux de son oreille je lui dis :
JACKS - Eh bien... Pour tout te dire, j'aurais préféré que tu...
Je ne terminai pas ma phase la laissant un peu en suspens avant de prononcer les trois derniers mots. Pour qu'il se pose, ne serait-ce que quelques secondes, des questions. avant de prononcer les trois derniers mots qui voudraient dire pas mal de choses, je me mordis la lèvre inférieure. Comme chaque fois lorsque j'étais un peu nerveuse.
JACKS - ... viennes plus tôt.
Ca y était, je lavais dit. J'avais dit à Chris que j'aurai aimé passer plus de temps à danser avec lui. C'est certain que ce n'étais pas une grande déclaration d'amour, mais celà voulait tout de même dire que passer du temps avec lui me plaisait. Je n'étais pas trés douée pour exprimer mes sentiments. Ressentir ceux des autres, me bloquait parfois. Du coup, je me refusais souvent d'admettre quelque chose à certaine personne, parce qu je savais ce qu'elle allait ressentir. C'était quelque chose que j'essayais d'éviter un maximum avec Chris depuis que je m'étais rendue compte qu'il me plaisait vraiment, parce que je voulais quelque chose de franc et sincère. Et je ne voulais pas deviner ce qu'il ressentait avant qu'il ne me le dise. Je voulais d'une relation normale. C'était une grande première pour moi. Si Chris n'avait pas eu ma virginité, il aurait au moins ma première véritable relation sincère. Pour une fois, je ne poussais pas l'homme face à moi à m'apprécier ou à m'aimer pour le mettre dans mon lit. Pour une fois, c'était Chris tout seul qui était venu avec moi. Pour une fois, je ne trichai pas. Même si parfois je ne pouvais m'empêcher de ressentir ce qu'il ressentait, j'essayais de bloquer un maximum tout ce qui émanait de lui et qui me concernait. C'était un exercice qui m'était un peu difficile, car je m'y étais peu entraînée, mais peu à peu je progressais, et plus je progressais, plus Chris m'attirait intensément.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Malraut
Mutant Rebelle
Mutant Rebelle
avatar

Avatar : Kellan Lutz
Un souvenir ? :
Messages : 126
Date d'inscription : 21/07/2011
Age : 27
Localisation : Le métro normalement, mais vous aurez sans doute plus de chance en me cherchant au Jack's

Ton Passeport S'il Te Plait ?
Âge du personnage: 23 ans
Pouvoir: Super force
Autorises-tu Escape à te défier: Oui

MessageSujet: Re: ❝ Bad people are not necessarily attracted by bad people ❞   Ven 11 Jan - 1:03

Jacks & Chris
Ma possession ? Non, je ne pouvais la qualifier ainsi. Et pourtant, j'avais bien cette envie de l'avoir, corps et âme, sans savoir d'où pouvait bien venir ce magnétisme dévorant. Il faut croire que dans l'histoire, c'était moi qui était possédé... et elle tentait visiblement de me le rappeler, dans cet air malicieux qu'elle prit quand je me tins devant elle, en faignant l'indifférence. Elle me rendait fou, le savait, et en jouait, et le pire, c'est que c'est ce qui m'attirait à elle, et maintenait en moi des sentiments encore flou que j'éprouvais pour elle. Cependant, je n'avais rien d'un masochiste, qui aimait s'enfoncer dans des relations à sens unique. Alors, malgré sa soi-disant indifférence, son regard emplit de défi, son sourire lui, était un peu trop sincère pour me faire croire que le magnétisme n'allait que dans un sens, et ce devait être ça, qui me poussait vers elle, inexorablement. Entre elle et moi, il y avait quelque chose, quelque chose de plus intense qu'un simple béguin, qu'une simple attirance sexuelle. Elle me fascinait, et même dans une pièce remplie et plongée dans le noir, je parviendrais à la retrouver. Et quand elle arrivait dans mon espace, mes iris se braquaient sur elle, à lui brûler la peau. L'envie de l'avoir pour moi me tiraillait, et tout à la fois, je craignais qu'elle me rejette, que ce ne soit qu'un jeu dans lequel je me savais déjà perdu. Et pourtant... pourtant, je la voulais. Elle, Jacks, toute entière, tout ce qu'elle était et tout ce qu'elle représentait, purement et simplement.

Une fois que je l'eus dans mes bras, mes prunelles s'attendrirent et un petit sourire appréciateur et victorieux se dessinèrent à la commissure de mes lèvres. Pourtant elle n'était pas à moi, c'était un accord tacite que nous avions passé. On se retrouvait seulement quand nos deux corps en avaient envie, sans attache, sans dépendance, et sans jamais demander à l'autre des comptes. Elle était plus qu'un flirt, mais j'avais l'impression que ce lien était trop intense pour n'être que de l'amour. Et cette phrase qu'on employait parfois, me vint à l'esprit. Avoir quelqu'un dans la peau, est-ce que c'était ça que je ressentais ? Au moins ça expliquerait pourquoi je ne parvenais pas à me passer d'elle, et pourquoi il y avait comme un feu dévorant qui m'alimentait chaque fois que j'étais près d'elle, et quand nos deux peau étaient l'une contre l'autre, je me sentais comme revivre. Un sentiment parfois effrayant, mais si c'est une prison dans laquelle j'avais bien envie de m'enfermer.

Durant la danse, devenu lancinante mais pas moins sulfureuse, elle approcha sa bouche de mon oreille pour me murmurer quelques mots qui firent monter en moi une surprise envoûtante, et le monde parut ne plus exister. Ensorcelé face à ses paroles que je n'attendais absolument pas, je restais un moment inerte, oubliant la danse momentanément, j'ouvris la bouche mais aucun son ne sortit. Je réussis cependant à me reprendre rapidement, et lui souris, avant de l'attirer à moi, en faisant remonter une de ses jambes contre ma hanche, tout en approchant mon visage de son oreille.

Alors... il va falloir que je me fasse pardonner mon retard, dis-je, le regard brûlant de désir.

Et je profitais de la proximité pour l'embrasser dans le cou de manière passionnelle. Est-ce que c'était un nouveau jeu, ou est-ce qu'elle baissait un peu sa garde ? J'espérais que c'était la deuxième option. Toujours est-il que je n'allais pas laisser passer cette occasion qu'elle me donnait, aussi inattendue soit-elle. La température caliente de la pièce dû au monde qui était là, mêlée à ma promiscuité avec Jacks et ce qu'elle venait de me dire, me rendaient fiévreux.

Jacks...

Mais j'avais peur de dire quelque chose que je regretterais plus tard, ou qu'elle me rit au nez, d'avoir mal interprété ses murmures. Après tout, Jacks était le symbole de la liberté, et qui étais-je pour réussir à enfermer la liberté ? Je ne devais pas même en avoir le droit. Pourtant, l'imaginer avec un autre me répugnait. Et en même temps, que pouvais-je dire ? Lui demander ? De passer la nuit avec moi ? On l'avait déjà fait plusieurs fois. L'inviter à dîner, ailleurs que chez les rebelles ? Elle trouverait ça vieillot. Alors quoi ? Je crois que pour l'instant, je n'avais que des mots à lui susurrer, moi-aussi.

... tu me rends dingue...

Presque une déclaration, mais que je pourrais retourner à mon avantage si jamais elle se moquait de moi.
code by biscotte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alys J.K Materson
Mutant Rebelle
Mutant Rebelle
avatar

Avatar : Hilary Duff
Un souvenir ? : You & I
Messages : 165
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 27
Localisation : Le Jacks' & Le métro

Ton Passeport S'il Te Plait ?
Âge du personnage: 22 ans
Pouvoir: modulation des émotions, et des relations entre les personnes.
Autorises-tu Escape à te défier: Oui

MessageSujet: Re: ❝ Bad people are not necessarily attracted by bad people ❞   Ven 11 Jan - 2:47



Chris & Jacks








Bad people are not necessarily attracted by bad people



Chaque souffle de Chris sur ma peau me faisait frissonner d'envie, de plaisir, de désir. En cet instant, le temps s'était arrêté et nous étions seuls au monde. Chris était l'objet de toutes mes envies. Je le voulais, pour moi et moi seule. Jamais auparavant, je n'aurais imaginé dire cela un jour. J'avais toujours fuit les attaches, les relations trop sérieuses. Que ce soit en amour ou en amitié. Je n'avais pas de éel ami, du moins pas encore. Parce que ma nature était de vivre au grée de mes envie, sans me soucier des gens autour. J'aimais me sentir maîtresse et seule actrice de ma vie. Je vivais non pas pour les autres, mais pour moi. Mais le baiser que Chris déposa dans mon coup me fis changer d'avis du tout au tout. Désormais je vivais pour lui, pour recevoir ses attentions, sa tendresse. Je vivrais pour Chris, parce qu'il était plus important que moi. Voilà qui représentait une étape dans ma vie personnelle.
Je m'étais perdue dans ses bras, et ne répondais plus de rien. Je voulais être sienne, encore et encore, pour toujours et à jamais. Sienne et sienne seulement. Lui serait mien. Et un flash me parvint. Nou deux, plus tard, vivant heureux. Il était rare que j'imagine le futur. Celui-ci m'angoissait. Peut-être était-ce une des raisons pour lesquelles je ne prévoyais jamais rien à l'avance. Je vivais au jour le jour, et cap diem. Pourtant, en et instant, j'avais envie de penser au futur. Je voulais faire des projets, des plans d'avenir, mais seulement avec l'homme qui me tenait dans ses bras.
Chris fit descendre sa main le long de mon dos, de mes fesses, et descendit sur ma cuisse, jusqu'au genou. Il le releva alors, et le maintint à hauteur de sa hanche. Dans cette position, mon bassin se colla instinctivement au sien. Puis c fut à lui de murmurer à mon oreille des paroles que je us la seule à entendre. Des paroles qui m'enchantèrent, qui me firent perdre pied, qui me donnèrent des ailes.
Nous continuions à danser suivant le rythme de la musique frénétique, néanmoins, nos mouvements n'en étaient pas moins sensuels, langoureux et fiévreux. J'avais chaud, si chaud. C'était l'effet Chris. Chaque fois, sa présence me perturbait, mais j'aimais ça. J'aimais cette fascination qu'il exerçait sur moi, et dont il n'était certainement pas conscient. J'aimais aussi sa carrure, la forme de ses muscles. Entre ses bas, je me sentais comme une petite chose fragile, mais j'étais en sécurité. Quand soudain...
CHRIS - Jacks... tu me rends dingue...
Vrai?! Si tu savais! Oh oui, Chris, si tu savais!
S'il avait su à quel point c'était réciproque. S'il avait su qu'il pouvait faire de moi ce qu'il voulait. S'il avait su qu'il pouvait me demander n'importe quoi. S'il avait su... Devais-je le lui dire? Perdrais-je à jamais cette complicité et cette osmose, en lui révélant ce que je ressentais? Si je me contenter un demi-aveu, un du même genre que celui qu'il venait de faire? Alors je pourrais toujours faire marche arrière et lui dire que e n'était pas sérieux. J'avais peur. Si j'avouais tout à fait ce que je ressentais, cela revenait à m'engager, et cela me paraissait presque impossible. Comment pouvais-je bien faire? Comment pourrais-je contourner ce dilèmne? Comment faire ? Que dire? Alors je répondis tout simplement :
JACKS - Toi aussi.
Je me contentai de lui rendre la pareille, mais cela ne me semblait pas assez, alros m'approchant de lui, je l'embrassai. Je lembrassai fureusement, follement, tendrement, passionnément, amoureusement, poétiquement. Bref. C'était un baiser chargé de tout ce que je ressentais à son égard. Tout ce que je ne savais pas dire, tout ce que je me entais incapable de dire. Tout tait passé avec ce baiser. Et dans un murmure... je laissai échapper un tendre et timide :
JACKS - Je t'aime, Chris.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Malraut
Mutant Rebelle
Mutant Rebelle
avatar

Avatar : Kellan Lutz
Un souvenir ? :
Messages : 126
Date d'inscription : 21/07/2011
Age : 27
Localisation : Le métro normalement, mais vous aurez sans doute plus de chance en me cherchant au Jack's

Ton Passeport S'il Te Plait ?
Âge du personnage: 23 ans
Pouvoir: Super force
Autorises-tu Escape à te défier: Oui

MessageSujet: Re: ❝ Bad people are not necessarily attracted by bad people ❞   Ven 11 Jan - 20:10

Jacks & Chris
Jacks me rendait dingue oui, complètement fou à tel point que j'avais la sensation de perdre tout logique, et le contrôle de moi-même, ce qui était particulièrement étonnant, étant donné que le contrôle, je devais constamment l'avoir vis à vis de ma mutation. En principe, c'était donc une seconde nature, sauf quant une situation m'était trop sensible et que mon côté impulsif prenait le relais. Mais avec elle, ça n'avait rien à voir avec de la colère. Elle avait fini par m'obséder à un point que dès que je le pouvais, j'étais là, dans son bar, et tout était bon pour attirer son attention.

Je me souvenais parfaitement de la première fois que je l'avais vu. Son style et son côté je-démarre-au-quart-de-tour m'avait plus de suite, et il me semblait que nous nous entendrions bien. Sachant qu'elle détestait son premier prénom, Alys, que personnellement j'adorais, j'avais voulu la taquiner, mais elle l'avait très mal prit et s'était particulièrement virulente. Surpris et offensé par sa réaction, je n'avais fait que continuer de jeter de l'huile sur le feu, au lieu de reconnaître mon erreur, et de m'excuser. Après tout, si elle détestait ce prénom, il devait il y avoir des raisons, dont j'avais fait fi. Mais peut-être n'avait-ce été qu'une manière inconsciente d'attirer son attention. En tout cas, malgré nos piques continues, elle n'échappait jamais à mon attention et je la surveillais de loin. Ce coté écorché qu'elle cachait derrière son fort tempérament ne me trompait pas, et j'avais bien envie de voir ce quel passé elle pouvait bien camoufler. Il y avait ce truc en elle qui me fascinait, dès le début, mais jamais je n'aurais pensé que ça se transformerait en un magnétisme insatiable. La voir, la regarder sourire, son regard, ses petites manies, sans m'en rendre compte, j'avais commencé à ne penser plus qu'à elle. Puis nous avions trouvé cet accord tacite de se retrouver les soirs ou nous avions envie de chasser notre solitude, et d'être seul à deux, en partageant des nuits. Et aujourd'hui, je me retrouvais avec une tonne de sentiment que je ne parvenais pas à gérer, et que je n'étais pas sûr de comprendre non plus. Je n'en avais pas peur, mais j'avais peur d'être blessé. C'était bien mon problème ça, toujours trop à fond dans ce que j'entreprenais, et quand une femme me plaisait, ça n'échappait pas à la règle.

Jacks, Jacks, ma Jacks, comment te faire comprendre que je te veux, toi, sans partage, sans jeu, sans se faire de mal. Mais je ne pouvais décemment pas le lui demander. Elle n'était pas le genre de femme qui rêve d'une vie stable, qu'on lui passe la bague au doigt, d'une grande maison remplit de nos enfants. Elle voulait s'amuser, profiter de sa jeunesse, ne faire que ce qu'elle et elle seule avait envie de faire, sans rien ni personne pour l'en empêcher. Je la voulais, mais elle ne laisserait jamais sa liberté pour personne. Je crois que je saurais faire pourtant, lui laisser sa liberté tout en la gardant près de moi, mais qu'est-ce qui pourrait bien me faire croire qu'elle accepterait, elle ? Je refusais de briser notre relation juste pour ce magnétisme entre nous, mais pouvais-je réellement continuer à me tromper ? A faire comme si ce n'était pas si grave qu'il n'y ait rien de sérieux, du moment qu'on continuait de se voir ? Un jour ou l'autre, ça ne me suffirait plus. Et si les choses devenaient plus sérieuses, est-ce que ça enlèverait le charme attractif qui régnait entre nous ?

Tout en continuant de danser, elle finit par me glisser à l'oreille que moi aussi je la rendais dingue, ce qui me fit sourire. J'aimais l'entendre dire ça, ça ne faisait que me rendre encore plus fiévreux, plus entreprenant. Jacks se colla ensuite à moi, pour m'embrasser comme elle ne l'avait encore jamais fait auparavant. C'était intense, profond, plein de fougue et de vigueur, et en même temps emplit de douceur, d'affection, de passion, d'amour ? Mon corps répondait au sien avec chaque fois un élan renouvelé, ne quittant ses lèvres délicieuses que pour y revenir avec plus d'ardeur et c'est à bout de souffle que notre échange s'arrêta, tendis qu'une toute petite phrase, de deux mots, scellait le tout. Sur le moment, je crus avoir mal compris et la regardais, sans réagir. Est-ce que c'était une farce, destinée à me faire rire ou à me déstabiliser ? Impossible ! Pas avec le ton qu'elle avait employé. Mon visage finit par se fendre d'un large sourire, et l'enlaçant fermement, je la soulevais et elle noua ses jambes autours de ma taille. Peu m'importait la musique, les autres clients, ces mots j'avais du mal à croire qu'elle me les disent, et ils étaient tellement inattendus, que pour les chérir éternellement, je les enfermerais dans mon cœur à double tour, pour que jamais ils ne s'en aillent. L'embrassant langoureusement, je glissais mes lèvres dans son cou et ça en devenait même indécent, dans ce lieu public, mais ça n'avait aucune importance.

Et je suis tout à toi Jacks, depuis le premier jour.

Je refusais de me contenter d'un simple "je t'aime aussi". Ça me paraissait trop facile de lui dire, après qu'elle l'ait fait. Non, je voulais que ce jour ou je lui murmurerais ces mêmes mots, elle ne s'y attendent pas, qu'ils lui fassent le même que ce que je ressentais. Mais je me doutais que ça n'avait pas dû être facile pour elle, de me le dire, et ces si belles paroles avaient chassé tous mes doutes. Je voulais la rassurer.

Je ne te ferais jamais de mal...

Comme les hommes avaient coutumes d'en faire aux femmes. Mais j'étais incapable d'en faire, à elle encore moins qu'à d'autre. Je l'avais dans la peau, et même si je ne savais pas exactement ce qu'elle attendait de moi, j'étais déjà prêt à tout lui donner.
code by biscotte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alys J.K Materson
Mutant Rebelle
Mutant Rebelle
avatar

Avatar : Hilary Duff
Un souvenir ? : You & I
Messages : 165
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 27
Localisation : Le Jacks' & Le métro

Ton Passeport S'il Te Plait ?
Âge du personnage: 22 ans
Pouvoir: modulation des émotions, et des relations entre les personnes.
Autorises-tu Escape à te défier: Oui

MessageSujet: Re: ❝ Bad people are not necessarily attracted by bad people ❞   Sam 12 Jan - 2:21



Chris & Jacks








Bad people are not necessarily attracted by bad people



Lorsque j'eux déclaré mes sentiments, Chris resta un petit moment sans rien dire, et instantanément, je me sentis ridicule, et regrettait mes paroles. Je savais que j'aurais du me taire, je savais qu'il aurait fallu que nous continuâmes comme nous étions. Nous étions si bien, quel besoin avais-je eu de lui dire tout. J'aurais pu rester indéfiniment avec lui comme nous étions. Mais qu'avais-je fait! Quand enfin, la réponse de Chris se manifesta. Il me prit dans ses bras, l'enlaça, et attrapant mes jambes me souleva avant de m'embrasser indécemment au beau milieu de mon établissement. Heureusement que personne ne pouvait venir nous demander d'arrêter. J'étais bien, si bien. Un sentiment d'euphorie monta en moi comme si j'avais retenu tout ce bonheur tout au long de ma vie, comme si pour la première fois, je m'autorisais à être heureuse. Tout ce que j'avais refusé auparavant, venait de se réaliser. un homme que j'aimais réellement, une situation amoureuse réciproque, un homme bien qui me prenait dans ses bras et qui apparemment m'aimait aussi. Bref, j'avais tout ce dont j'avais toujours rêvé sans jamais me permettre de le réaliser. Que demander de plus? Hein? Franchement... Puis me reposant par terre, il finit par me répondre avec des mots. Comme si j'en avais besoin, après cette embrassade plus que significatrice... Il me dit qu'il était tout à moi, tout comme je désirais être sienne. et me promit que jamais il ne me ferait de mal. Mais les mots ne valaient pas grand chose, non regard en disait tout aussi long, l'intensité des sentiments qui brûlaient dans ses yeux me suffisait amplement. Mais au fin fond de ma tête, là où se trouvait ma raison, une petite voix se fit entendre : *Tu sais Jacks, Il ne t'a pas dit qu'il t'aimait...* Roooh ! Mais tais-toi ! Ce n'était pas la peine, tout ce qu'il avait à faire était de rester avec moi après que je le lui eu avoué. S'il restait là, s'il avait encore ce sourire, alors c'est qu'il m'aimait aussi, et que je n'avais plus d'angoisses à me faire, que je n'étais plus seule, qu'il serait là pour moi. Je souris. Un sourire franc et sincère comme je n'en avais plus fait depuis la mort de ma mère. Un sourire qui exprimait tout le bonheur que je m'autorisais enfin à ressentir. Puis un éclat de rire. Un éclat de rire cristallin qui accompagnait la montée de l'euphorie, de la joie, et de l'intense sentiment d'amour comblé qui provenait du fin fond de mon coeur.
JACKS - Je t'aime.
Je venais de le redire une seconde fois. Non pas que j''espérait une autre réponse de sa part, mais parce que cela rendait la chose puis tangible, plus réelle. Je l'avais redit, et cette fois, c'était plus pour moi que pour lui. Plus pour me confirmer à moi-même que je venais bien d'en terminer avec cette vie de malheur et de misère. C'en était fini de cette vie, ou j'étais hantée par le rejet de mon père, la mort de ma mère, et le refus des autres parce que j'étais différente. C'en était fini de cette vie ou j'influençait les hommes pour qu'il tombent dans mes filets et que je puisse passer une nuit ou deux avec eux. C'en était fini de ma débauche, et ma luxure. La seule luxure que je désirais était celle que je pouvais m'offrir en compagnie de Chris. C'était la seule qui depuis quelques temps me comblait réellement. Chris était devenu l'unique homme qui pouvait me donner l'impression d'être femme qu'on pouvait aimer. Il était le seul qui m'aimait réellement, et je n'aurais plus à faire croire que j'étais désirable. Je l'était, à ses yeux, et ça me suffisait amplement. Alors, pour savourer cette instant de joie intense, je me blottis dans ses bras, et nous commençâmes un slow plein de tendresse et d'amour, malgré la musique électro qui sortait des hauts-parleurs. Puis d'un clin d'oeil au DJ, je lui enjoignis de passer à quelque chose de plus doux, afin que nous ne soyons pas trop décalés au milieu des gens qui se trémoussaient sur le dancefloor.
DISC JOCKEY - Et maintenant, messieurs, il est temps de choisir une demoiselle avec qui vous comptez danser collé-serré, parce que c'est l'heure, d'un slow des plus langoureux!
Et la musique démarra. Avant même que les première notes du chant se fissent entendre, je reconnus la chanson. Comment Stephan avait-il pu se procurer cet album? Ma mère me passait cette chanson en boucle quand j'étais petite, c'était un chanteur français, et le CD appartenait à son père. Il n'était plus permis d'écouter certains artistes de nos jours... Comment Stephan avait-il pu lancer 'lettre à France' de Polnareff? Comment avait-il pu lire aussi bien dans mes pensées?
Je l'avoue, dès que j'avais commencé à blottir dans les bras de Chris, j'avais pensé à cette chanson. Quand j'étais petite et que ma mère me parlait de mon père, elle devenait indéniablement triste, après quoi elle passait tout cet album en boucle pendant des heures. Je connaissais toutes les chansons et leur signification sur le bout des doigts. Et à force d'entrainement, je la chantais presque sans accent.
JACKS - Il était une fois... toi et moi... N'oublies jamais ça... Toi et moi...

Puis l'électro reprit de plus belle, et c'est en souriant que je levais la tête vers Chris. J'étais aux anges, et rien ne pouvait plus m'atteindre cette nuit-là.








[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Malraut
Mutant Rebelle
Mutant Rebelle
avatar

Avatar : Kellan Lutz
Un souvenir ? :
Messages : 126
Date d'inscription : 21/07/2011
Age : 27
Localisation : Le métro normalement, mais vous aurez sans doute plus de chance en me cherchant au Jack's

Ton Passeport S'il Te Plait ?
Âge du personnage: 23 ans
Pouvoir: Super force
Autorises-tu Escape à te défier: Oui

MessageSujet: Re: ❝ Bad people are not necessarily attracted by bad people ❞   Sam 12 Jan - 14:33

Jacks & Chris
Un visage d'ange, sincère et tendre. Un regard ou deux prunelles chaudes et caressantes se posent sur moi. Je sais que Jenny s'inquiète pour moi et pense que Alys n'est pas prête pour une relation stable et sérieuse, mais quant je la regarde, je sais que tout a changé, quant elle me murmure ses "je t'aime" je sais qu'ils sont authentiques. Je la regarde, incapable de me détacher d'elle, et je me sens bien, infiniment bien. Pour la première fois depuis longtemps, je me dis que quelque chose est possible, quelque chose de fort qui n'a pas de date de péremption. Jacks se mit à rire, d'un rire heureux ou j'avais la sensation d'y être pour quelque chose, même si je n'avais rien fait d'extraordinaire. La voir si joyeuse, enjouée, comblée même, était un spectacle si somptueux que je me nourrissais de cette irradiation de bonheur qui émanait d'elle, et à son image, un immense sourire radieux se dessina sur mes lèvres. La garder dans mes bras, pour toujours, lui prêter serment de ne jamais la quitter, et de la protéger. J'aimais lui dire tout ça, lui faire comprendre. Mais surtout, je voulais lui dire combien elle m'était précieuse et combien je l'aimais. Rayonnante de gaité et de légèreté, Jacks redit ces mêmes mots qui me faisaient passer dans un autre univers, mais elle semblait surtout se les dire à elle-même, et je devinais que ce devait être la première fois qu'elle les prononçait, du moins en étant sincère.

Tu es si belle quant tu souris, quant tu es heureuse. C'est comme ça que je t'aime.

Et tandis qu'elle se blottissait dans mes bras, entamant un slow contrastant avec la musique rythmique, je me faisais la promesse silencieuse de la combler chaque jour que la vie me permettrait de passer avec elle. Passant mes bras autours de sa taille, je la serrais tout contre moi, avec délicatesse, tendresse, amoureusement et tout à la fois avec protection. La musique frénétique finit par laisser place à un slow, chose peu courante dans les nightclub, mais j'imagine que tout ça était l'effet de Jacks, après tout elle était chez elle et faisait passer ce qu'elle voulait en musique. Cette chanson, je ne la connaissais pas. En même temps, fratrie de cinq mecs, les slows n'étaient pas trop notre dada. Et je me rendais compte de mon erreur, la chanson était magnifique, me transcendait l'âme, mais j'imagine que le fait que les paroles me parles, que je me sentes concerné y était pour beaucoup. Et Jacks connaissait les paroles, me les chantait, et c'était comme si elles venaient de son propre fond, et elles aussi, je les enfermais dans mon cœur. A jamais je voulais me souvenir de ce moment, de ces paroles, d'elle.

Depuis que je suis loin de toi, je suis comme loin de moi, et je pense à toi là-bas, oui, j'ai le mal de toi tout le temps, même si je ne le dis pas, je pense à toi tout bas...

Je répétais les paroles de cette chanson que je découvrais, mais à laquelle j'adhérais instantanément, en changeant quelques peu le texte pour qu'il reflète exactement ce que je pensais. Et finalement, ces mots que j'aurais attendre avant de les prononcer était tellement brûlant en moi, qu'ils se débattaient pour sortir.

Je t'aime aussi Jacks... sans doute bien trop fort...

Et la chanson finit par s'éteindre, tandis qu'une autre, rythmique, vint la remplacer. J'avais presque l'impression de l'avoir rêvé, cette douce mélodie, tant elle détonnait avec ce slow qui marquait le début de mon histoire avec Jacks, ma si belle, si mystérieuse et si ensorcelante Boucle d'Or.

Est-ce que tu viendras cette nuit ?

Me rejoindre, pour qu'on soit juste les deux, sans arrière pensée, simplement pour se serrer dans les bras de l'autre, se rassurer, se noyer dans un amour nouveau, et regarder s'égrener les minutes du temps passer ensemble, dans les yeux de l'autre. Pour être peau contre peau, que je puisse la sentir près de moi, parce que j'avais besoin d'elle.
code by biscotte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alys J.K Materson
Mutant Rebelle
Mutant Rebelle
avatar

Avatar : Hilary Duff
Un souvenir ? : You & I
Messages : 165
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 27
Localisation : Le Jacks' & Le métro

Ton Passeport S'il Te Plait ?
Âge du personnage: 22 ans
Pouvoir: modulation des émotions, et des relations entre les personnes.
Autorises-tu Escape à te défier: Oui

MessageSujet: Re: ❝ Bad people are not necessarily attracted by bad people ❞   Sam 12 Jan - 15:28



Chris & Jacks








Bad people are not necessarily attracted by bad people



Chris reprit lui aussi les paroles de la chanson, les modifiant quelque peu. Sa nouvelle version provoqua un frisson qui se répercuta dans tout mon corps. La fin de la chanson n'avait pas encore sonnée, que Chris m'avouait à son tour ses sentiments. Comme s'il n'avait attendu qu'un signe de ma part, qu'un premier pas, pour oser me dire qu'il m'aimait aussi. Il ajouta qu'il m'aimait bien trop fort. Non, Chris, jamais. Ce ne serait jamais trop. Ce que je ne manquait pas de lui faire remarquer, alors que l'électro reprenait son rythme dansant et entraînant.
JACKS - Tu ne m'aimeras jamais trop. Tu es certainement celui que j'attendais. Et trop sera toujours pas assez. Je ne me lasserai pas, c'est promis.

Je me serrai fort contre lui. J'avais envie de rester là, toujours, de ne jamais quitter son étreinte, de toujours rester près de lui, contre lui. Je voulais ne jamais le quitter. Je voulais... Je voulais tellement de choses. Mais ne dit-on pas qu'il faut se séparer pour mieux se retrouver? Si. Mais, je ne voulais pas le quitter, même pas un court instant. Puis je me rendis compte que je pensais à demain, au lieu de profiter d'aujourd'hui. La magie de la précédente chanson qui m'avait envahie ne s'était pas perdue avec sa fin, au contraire, elle me semblait plus forte maintenant que l'atmosphère avait changé. Il me semblait que j'étais dans une bulle, ou seuls Chris et moi avions notre place. Une bulle dans laquelle j'étais bien, et qui contrastait avec ma vie de tous les jours. Cette vie marquée par la solitude voyait ce jour marqué d'une pierre blanche, parce que, peut-être, maintenant, j'allais pouvoir construire des projets avec quelqu'un d'autre, j'allais pouvoir partager ma vision du futur. J'allais pouvoir faire des projets. Les projets dont j'avais toujours rêvé. Je n'aurais plus le droit de me les interdire, puisque Chris serait là pour moi, et là pour nous. Je n'étais plus 'moi' j'étais 'nous'. Chris était le seul qui arrivait , par sa présence seule à me faire miroiter un futur de femme honnête, ou je n'aurais plus à dealer pour gagner ma vie, ou le Jacks serait un endroit fréquentable, et non plus un repaire de camés et de dealers. Parce que c'était le cas. Ici, on voyait peu de gens honnêtes. Il y en avait partout, évidemment, mais beaucoup de mes clients réguliers étaient des gens qui venait de mon cercle de relation pour mon 'travail'. C'était ici que se faisaient beaucoup de passes. Bref, quand nous serions enfin libres de nous exposer, libres d'être nous, nous aurons une vie belle et honnête.
Chris me donnait envie de tout arrêter. Tout plaquer pour m'enfuir avec lui. Il me donnait l'envie d'arrêter la drogue, de me sevrer de toutes mes addictions pour ne me livrer qu'à une seule : Lui.
Puis Chris posa une question qui m'étonna, mais qui en quelques sortes me plut. Il me demanda si je le rejoindrai ce soir. La réponse me paressait évidente, mais le fait que Chris me la pose, me montrait combien il était soucieux de ma liberté, qu'il se rendait compte combien mon caractère rebelle pourrait me donner envie de m'évader. J'étais heureuse de voir combien il m'avait cernée. J'étais contente de voir qu'il était prêt à ne pas me voir ce soir pour me garder. Il avait l'air prêt à tout. Prêt à me laisser mon indépendance, ma liberté, ma solitude. Parce qu'au fond, j'étais une solitaire, il l'avait compris. Même si j'avais révélé peu de choses de mon passé à Chris, il en avait certainement deviné plus que je ne le pensais. Cette question me le prouvait. Alors je répondis simplement.
JACKS - Cette nuit. Comme chacune de celles ou tu voudras bien de moi à l'avenir.
C'était une promesse. Et je tenais mes promesses. Je resterai avec Chris aussi longtemps qu'il voudrait de moi, parce que comme je le lui avais dit, je ne me lasserai jamais de lui. Il était celui, le seul, l'unique que je voulais à mes côtés pour le restant de ma vie. Je ne lui promis pas que l'avenir serait de tout repos, ce n'était pas quelque chose que j'étais en mesure de lui offrir, j'avais été dans des situations délicates plus qu'à mon tour, de par mes activités illicites. A vrai dire, je n'avais pas grand chose à lui offrir. Tout ce que ma mère m'avait légué était passé dans le Jacks. Tout ce que j'avais à donner, c'était ma personne, ma tendresse et mon amour pour lui. C'était la réelle seule chose de valeur à mes yeux, mon amour. Et je sus. Je sus que je pourrais faire n'importe quoi si quelqu'un touchait à Chris, je sus, que ma vie était moins importante que la mienne, et que je paierais de mon souffle vital pour le sauver de la mort. Parce que Chris était devenu en quelques instants ma raison de vivre.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Malraut
Mutant Rebelle
Mutant Rebelle
avatar

Avatar : Kellan Lutz
Un souvenir ? :
Messages : 126
Date d'inscription : 21/07/2011
Age : 27
Localisation : Le métro normalement, mais vous aurez sans doute plus de chance en me cherchant au Jack's

Ton Passeport S'il Te Plait ?
Âge du personnage: 23 ans
Pouvoir: Super force
Autorises-tu Escape à te défier: Oui

MessageSujet: Re: ❝ Bad people are not necessarily attracted by bad people ❞   Sam 12 Jan - 23:21

Jacks & Chris
Pour elle, il était apparemment impossible d'aimer trop une personne, et elle avait sans doute raison. De mon côté, ce que je ressentais quant j'étais avec elle, et encore plus lorsque je la tenais dans mes bras, était si fort, que ça en devenait même douloureux. La peur de la perdre, alors que je la touchais si près depuis si peu de temps, la crainte de souffrir d'un amour qui n'irait que dans un seul sens. C'est en ce sens-là que je l'aimais trop, et pourtant. Pourtant elle m'avait donné ce que je n'avais même jamais espéré, un sourire sincère, un regard tendre, et un "je t'aime" offert sur un plateau, déclaré avec son cœur. Et plus elle me parlait, plus elle m'apprivoisait, avec toujours ces belles paroles qui me surprenaient tout autant qu'elles me rendaient ivre d'elle. Toujours en sécurité au creux de mes bras, je la respirais, bien conscient de la chance que j'avais d'être celui qu'elle considérait comme étant l'homme qu'il lui fallait. Je m’attèlerais chaque jour à lui prouver Ô combien elle avait raison. En retour, elle me promettait de ne jamais se lasser de moi. Ça, pour que ça arrive, j'étais prêt à me damner.

Perdus dans cette foule, j'avais pourtant le sentiment qu'il n'y avait juste qu'elle et moi, dans un océan d'étoiles au goût d'espoir, ou s'entremêlait rêve et réalité, car ce que nous vivions était bien réel, et cependant si inattendu. Certains disent que ce qui arrive est arrivé parce que ça ne pouvait pas être autrement. Étions-nous destinés à nous trouver, à nous détester avant de nous aimer à en perdre haleine ? Je ne croyais pas spécialement au destin, mais en cette soirée, je le remerciais de me l'avoir donné, elle et pas une autre. Jacks. Une femme qui me ressemblait, bien plus qu'il n'y paraissait à première vue et que j'étais bien décidé à chérir dès maintenant et pour l'éternité, afin que jamais elle ne regrette le choix et l'amour qu'elle me porte. Oubliant tout, je me laissais emporter par le contact de sa peau contre la sienne, de la chaleur qu'elle dégageait, de se parfum qui me faisait perdre la raison. J'avais toujours envie de resserrer mon emprise sur elle, comme si elle allait m'échapper, sans que je ne puisse jamais la rattraper, et malgré ma force, je ne le faisais que doucement, avec délicatesse. Une rose qu'il fallait conserver avec soin, sans jamais la froisser. Je lui demandais alors si elle viendrait me rejoindre dans ma chambre, plus tard, une fois qu'elle aurait fermé la boîte. Question à laquelle la réponse me fit le plus grand bien. Depuis ce soir, tout allait de plus en plus vite entre nous, comme s'il était temps que nous arrêtions de nous tourner autours sans aller plus loin, et j'avais maintenant l'intime conviction que tout serait différent, que nous vivrions tout plus intensément et plus pleinement, tant que nous serions côte à côte, et que rien ne prévalait plus que ce que je ressentais et vivais en sa présence.

- Je t'attendrais toutes les nuits jusqu'à la fin des temps. Mais surtout, je t'attendrais chaque matin à mes côtés, dans ma vie. Mon cœur se sent mieux quant il te voit, il a besoin de toi, alors n'hésite pas.

Mais je me rendais aussi compte qu'une vie à deux chez les rebelles ne nous octroierait pas une vie normale. Nous n'aurions probablement jamais notre "chez nous" mais je trouverais bien quelque chose pour illuminer sa vie, et lui offrir ce que requiert l'entretient d'une femme aussi précieuse qu'elle me l'était. Rien ne serait jamais trop beau pour elle, et si avant je passais mon temps à l'observer, à présent je n'aurais de cesse de la préserver et de la protéger de ce monde, et plus particulièrement du Centre. Et si je venais à échouer, alors j'en mourrais. Cette pensée me fit la serrer un peu plus, avant que je ne doive la lâcher.

Evan m'attend pour une petite mission nocturne. Je...

Je n'aurais pas vraiment le temps de revenir, mais devoir partir et la laisser là m'arrachait les entrailles.

On se verra peut-être plus tard.

Si elle en avait envie et si tout se passait bien.

Je t'aime Jacks, et pour le confirmer, je joignais une fois de plus mes lèvres aux siennes, dans une fervente passion.

Et plantant mes yeux dans ses iris miel, je fis passer tout mes sentiments dans ce regard, si simple et pourtant si équivoque, avant de m'en aller. Une fois à l'extérieur, je jetais un dernier coup d’œil au Jack's avant de rejoindre Evan qui m'attendait devant un magasin. Moi d'habitude si excité à l'idée de braquer un commerce pour le compte des rebelles, ce soir, je craignais surtout qu'en partant je ne rompe le charme entre Jacks et moi, et qu'au premières lueurs du soleil elle ne m'ait oublié. Jacks. Malgré la distance, mes pensées et mon cœur sont restés prêt de toi... ne m'oublie pas ma Jacks...
code by biscotte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alys J.K Materson
Mutant Rebelle
Mutant Rebelle
avatar

Avatar : Hilary Duff
Un souvenir ? : You & I
Messages : 165
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 27
Localisation : Le Jacks' & Le métro

Ton Passeport S'il Te Plait ?
Âge du personnage: 22 ans
Pouvoir: modulation des émotions, et des relations entre les personnes.
Autorises-tu Escape à te défier: Oui

MessageSujet: Re: ❝ Bad people are not necessarily attracted by bad people ❞   Dim 13 Jan - 16:02



Chris & Jacks








Bad people are not necessarily attracted by bad people



Lorsque j'eus dit à Chris que je le rejoindrais aussi longtemps qu'il le désirait, il me dit qu'il m'attendrait toutes les nuits jusqu'à la fin de sa vie. Il ajouta une magnifique déclaration d'amour, qui m'ému au plus haut point. Je l'aimais. Je l'aimais vraiment. Je n'avais envie que d'une chose, c'était qu'il reste avec moi jusqu'à la fermeture, et que nous rentrions ensemble chez les Rebelles, que nous nous glissions silencieusement dans sa chambre ou dans la mienne, et que nous passions la nuit tous les deux. Sans forcément du sexe, puisque nous avions déjà partagé nos lits l'un avec l'autre, dans de folles nuits de passion. Mais aujourd'hui, ce que je voulais, c'était un moment de tendresse et de calme. J'aurais voulu rester toute la nuit dans ses bras, et que demain matin, nous nous réveillions tous les deux dans les bras l'un de l'autre, pour la première fois. Parce que jusqu'à présent, nous nous étions contenté de coucher ensemble, certes avec passion et folie, mais nous n'étions jamais restés avec l'autre jusqu'au petit matin. Ce que je voulais, c'était rester avec lui. Je voulais 'officialiser' notre couple, je voulais que peut-être quelqu'un me voit sortir de la chambre de Chris, et qu'il m'embrasse. Je n'avais plus envie de me cacher. Je voulais que notre amour saute aux yeux. Je voulais être sienne, sans réserve, sans cachotterie.

Chris me serra un peu plus fort dans ses bras, et me relâcha. Je sus. Je sus immédiatement, qu'il devait s'en aller. Et ses paroles confirmèrent mes attentes. L'angoisse me prit. Si seulement je pouvais utiliser mon pouvoir sur moi-même pour me calmer. Si seulement j'avais pu retenir cette angoisse nouvelle qui me prenait. La crainte de voir Chris capturé, et emmené au centre. Si seulement je pouvais partir avec lui, fermer tout de suite, et partir avec lui. Si je pouvais tout plaquer... Mais je ne devais pas. Si Chris respectait ma liberté, je devais respecter la sienne, et ses excursions avec Evan avaient toujours fait partie de lui, je n'avais pas le droit de l'en empêcher. Il souleva l'éventualité que nous puissions nous voir plus tard, sans doute, alors je lui répondis tendrement :
JACKS - Rejoins-moi quand tu rentres.
Je lui souris. J'avais envie de le voir, mais j'en doutais, souvent Evan et lui ne rentraient qu'au petit matin, et je me dis que je ne le verrais sans doute pas avant le lendemain, et acceptait cette éventualité. Et soudain, une idée surgit au fond de ma tête. Il faudrait que je lui en parle.

Chris me regarda avec tendresse, me redit qu'il m'aimait, et m'embrassa passionnément. Je répondis à son baiser, langoureusement, amoureusement. Comme si ce baiser allait être le dernier. Il me regarda intensément, et me sourit une dernière fois avant de s'en aller, me laissant là, seule sur la piste. Il me laissa moi, tout en emmenant mon coeur. Parce que mine de rien, ce soir-là, je lui avait donner mon coeur. Je le lui avait offert, dans un coffret d'argent, et la clef de ce coffre lui appartenait. Il ouvrirait ce coffre lorsque je le reverrai, et enfin, je pourrais me sentir entière. Seule, immobile au milieu de la foule, je le regardai s'en aller, et lentement, je levai ma main au niveau de mon épaule, pour lui adresser un geste d'au revoir. Je me rapprochai alors de la seule fenêtre qui donnait sur la rue, une fenêtre étroite et en hauteur. Montant sur une table, je vis Chris se retourner et jeter un dernier regard vers le Jacks'. J'attirai son attention en levant ma main, et lui souris. Je murmurai à travers la vitre, un dernier :
JACKS - Je t'aime.
Et comme une ado, je fis un signe de coeur avec mes deux mains. Avant de rire, et de le regarder s'éloigner pour rejoindre Evan. Lorsqu'il eut disparu, c'est l'esprit trés occupé à penser à lui, que je me dirigeai vers mon arrière salle, et que je commençai mon travail nocturne. Alban était là. C'était mon plus gros revendeur. Il me faisait des prix cadeaux à force de ma fidélité. Je le connaissais depuis mes dix-sept ans. Il avait été le tout premier, chez qui j'étais allée me fournir. D'abord pour mes consos persos, ensuite pour dealer. Mais la seule chose à laquelle je pensais, c'était... Chris. Chris et sa présence auprès de moi. J'avais peur qu'au matin, je ne me réveille, et que toute ma nuit ne soit qu'un rêve. Mon esprit et mon coeur restent avec toi. Chris, mon tendre Chris, ne m'oublies pas...










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ❝ Bad people are not necessarily attracted by bad people ❞   

Revenir en haut Aller en bas
 

❝ Bad people are not necessarily attracted by bad people ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» People HI !
» Actu people : Barney papa !
» Avis au people connaisseur de l'Irlande !!!
» Ces "People" qui ont un Boubou !!!!
» Bell & Ross & People

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fugitifs :: New York City :: Manhattan :: Downtown :: SoHo :: Le Jack's-