AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Est-ce que chat va ? || Lumen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Angelus M. Shark
Scientifique du Centre
Scientifique du Centre
avatar

Avatar : Michael Vartan
Messages : 42
Date d'inscription : 07/01/2013
Age : 28
Localisation : Au Centre.

Ton Passeport S'il Te Plait ?
Âge du personnage: 32 ans
Pouvoir: Guérison
Autorises-tu Escape à te défier: Oui

MessageSujet: Est-ce que chat va ? || Lumen   Mer 9 Jan - 20:46

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Allongé sur mon lit, j’avais du mal à trouver le sommeil. Ce n’était pas la première fois. Tous les soirs, depuis dix ans au moins, je revoyais ces visages, entendais à nouveau les cris des enfants, les rires des adultes et me redressais soudainement sur le lit, livide et en sueur. Ce soir-là, j’avais préféré garder les yeux ouverts, malgré la fatigue, plutôt que de souffrir à nouveau de mon passé et du présent. J’aurai pu continuer de lire ce livre de Weber, que j’avais emprunté à la bibliothèque du quartier, mais je n’en avais ni l’envie, ni la force. Je n’avais pas non plus dîner, en rentrant du travail, il y a quatre heures de cela. Estomac vide, ventre creux, envie de vomir. J’avais passé la journée à soigner deux mutants. Des jumeaux. Ils me revenaient petit à petit en mauvais état, de plus en plus faibles. Il m’arrivait souvent de me dire que je devrais arrêter. Non pas prendre ma retraite, car je savais au fond de moi que le Centre ne me le permettrait jamais, mais m’enfuir. Je ne sais où. Vivre une vie meilleure. Avoir une femme, des enfants. Hélas … je n’avais jamais été suffisamment dégourdi. J’avais peur, c’est vrai. Peur d’être retrouvé, enfermé à nouveau comme un animal. C’est d’ailleurs depuis cette période que ma claustrophobie s’est réveillée. Peur d’être découvert. Que l’on se serve de mes facultés à mauvais escient. Non, je ne le permettrais jamais. C’est la raison pour laquelle j’avais toujours fait grande attention de ne pas me faire repérer. Ni par les agents du Centre, ni par les Apotéistes. Jusque-là, je m’en étais plutôt bien sorti.

Un coup contre la porte d’entrée venait d’attirer mon attention. Je me relevais, les sourcils froncés, tendant l’oreille. On aurait dit un grattement. Comme une patte de chat qui griffait le bois verni de la serrure. A moins qu’il ne s’agisse d’un cambrioleur. M’armant d’une poële à frire, parce que je n’avais rien d’autres sous la main, je m’approchais, sans un bruit, avant de l’ouvrir à la volée et de découvrir … « LUMEN ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lumen H. Warrens
Mutant Rebelle
Mutant Rebelle
avatar

Avatar : Lyndsy Foncesa
Un souvenir ? :
Messages : 256
Date d'inscription : 30/12/2012
Localisation : Dans l'obscurité.

Ton Passeport S'il Te Plait ?
Âge du personnage: 22ans
Pouvoir: Félinisation
Autorises-tu Escape à te défier: Oui

MessageSujet: Re: Est-ce que chat va ? || Lumen   Mer 9 Jan - 21:31



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

«Angelus & Lumen»

«Si un félin vient vers vous alors qu'il est blessé, soyez certain qu'il vous fait confiance.»



- Minou, minou...

Je levais les yeux au ciel. Perchée sur ma branche je fixais l'homme qui cherchait à m'attraper comme si j'étais un chat que l'on attrapait avec un pelote de laine. Je sautais, gracieusement et en silence, atterrissant sur ses épaules. La chute lui fit perdre équilibre et il tombait à terre. Très vite il essaya de se débattre mais je lui enfonçait la tête dans la terre humide, il ne pouvait plus bouger.

- Et le chasseur se fit chasser.. murmurais-je

J'étais victorieuse dans ce combat nocturne, rien d'étonnant puisque pour moi je voyais très bien cet agent essayer de me piéger. Très vite j'appuyais sur son larynx, le manque d'oxygène lui fait perdre connaissance. Je commençais à prendre sa ceinture à laquelle était accrochée son arme et la mettre autour de ma taille. Je le tirais dans un buisson, et avec un canif je dessinais sur son visage des petites moustaches. Il ne garderait évidemment aucune trace à vie mais c'était pour signifier à mon père qu'il ne m'aurait pas, que ses agents étaient trop faible pour moi.
Il est vrai que si mon cher paternel ne m'avait pas sur entrainé depuis mon plus jeune âge et poussé à bout au centre, me faisant me battre contre Echo le sur-homme dopé au serum, je ne serais plus là aujourd'hui. Je ne sais pas si je devais lui dire merci ou lui cracher au visage. Alors je lui faisais passer ce message, un moyen pour moi de lui montrer que je,vis très bien sans lui, en dehors de son centre de torture.
Alors que je me redressais, j'entendis une branche craquer. Sur le qui vive, je me retournais, observant le parc de jeu désert. Je ne m'affolais pas, surement un camé de plus qui venait d'assister à ça et croire que j'allais le manger tout cru. Je vérifiais le chargement de l'arme alors qu'une douleur fulgurante saisit mon ventre, à droite. Dans un cri de douleur je tombais à terre, retirant le couteau de ma peau, serrant les dents pour ne pas hurler. Un homme en casque arriva, un agent du centre.

- Le chasseur qui chassait le chasseur se fit chasser. C'est bien là qu'on t'as touché lors de ton évasion non ?

L'enfoiré avait raison, il avait tapé dans la cicatrice de la balle qui était restée sous ma peau. Son coup de couteau avait enfoncé la balle un peu plus dans ma chair, la douleur était fulgurante. Pourtant, je trouvais la force de me relever et de me jeter sur lui.Dun coup de couteau dans la visière, elle lui explosa au visage, son casque fut soudain son point faible. Il hurla, faisant plusieurs pas en arrière, avant de trébucher au niveau de son ami. Sans chercher à le neturaliser, je courrais hors du aprc je me savais en position de faiblesse, je ne voulais pas retourner là bas il fallait que je fuis.
Mon coeur battait si fort qu'il résonnait dans ma tête. J'essayais de maitnenir ma plaie et de faire en sorte que le sang coule moins mais je me sentais défaillir. Soudain je me souvenais d'une adresse dans le coin. Alors que ma vue se troublait, que mes jambes flanchaient je pénétrais dans la rue, d'un pas lourd et lent. Je finis par trouver le numéro et tombais à genoux devant la porte.

- Docteur Shark, Docteur...

Ma voix était si faible qu'il ne m'entendrait pas, surtout s'il dormait. Me laissant tomber sur le coté, retenue a moitié encore à genoux par l’encadrement de la ^porte je me mis à gratter contre le bois laqué. J'étais à deux doigts de prier pour qu'il m'entende enfin, que personne n'appelle la sécurité ou qu'aucune ronde des Apothéiste ne tourne avant que je ne puisse trouver refuge chez lui. La porte s'ouvrit et j'entendis sa voix familière, soigne de soins crier mon nom. Il était stupéfait de me voir là, c'est vrai quel cobaye du centre irait voir un de leur médecin en étant si faible ?

- Aidez moi je vous en supplie..

Ma voix était à peine audible mais je savais qu'il avait comprit. Il se penchait vers moi, me souleva avec force et je pus me relâcher dans ses bras, au bord de la perte de conscience. Je me savais en sécurité avec lui. Peut être qu'ilé tait du centre mais c'était aussi un des miens. C'était un mutant.


(c) Spinelsuns

• • • • • • • • • • • • • • •

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]❝ Ceux qui jouent avec des félins doivent s'attendre à être griffés. ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelus M. Shark
Scientifique du Centre
Scientifique du Centre
avatar

Avatar : Michael Vartan
Messages : 42
Date d'inscription : 07/01/2013
Age : 28
Localisation : Au Centre.

Ton Passeport S'il Te Plait ?
Âge du personnage: 32 ans
Pouvoir: Guérison
Autorises-tu Escape à te défier: Oui

MessageSujet: Re: Est-ce que chat va ? || Lumen   Sam 12 Jan - 21:39

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
« Je vous préviens, je suis armé ! » C’était censé faire peur à mon visiteur nocturne. Armé d’une poële. Comme c’est original. Surtout que, même si je travaillais pour l’une des organisations les plus puissantes et dangereuses de la planète, je n’en étais pas moins incapable de me défendre en cas de réel danger. Un voleur, passe encore. Un tueur, autant me faire porter pâle tout de suite, je n’avais aucune chance. Et puis, il y eut cette voix. Une voix familière que je n’eus aucun mal à distinguer. J’ouvris la porte, surpris de la découvrir sur mon palier, mais surtout inquiet lorsque je vis du sang qui s’écoulait de ses doigts, cramponnés à sa blessure. Elle n’avait pas besoin de me demander mon aide. Je l’aurai fait, de toutes manières. Je me fichais complètement qu’elle soit mutante et donc, normalement, une ennemie du Centre, mon employeur. Je faisais mon travail de médecin. Et plus encore, celui d’être humain digne de ce nom. « God !… que vous est-il arrivé ? » Sans attendre sa réponse, mes bras l’avaient enveloppé, pour l’emporter à l’intérieur de mon logis, la déposant délicatement sur le canapé du salon, juste en face de la cheminée pour que ses tremblements cessent, le temps que je vérifie l’étendue des dégâts. Refermant la porte à double tours, au cas où un agent aurait l’idée de me faire l’honneur désagréable de sa présence, je courus chercher ma trousse de secours, celle qui ne quitte jamais le corps médical, et revint auprès de ma patiente. « Laissez-moi jeter un oeil … ne bougez pas… » Je l’avais toujours vouvoyé, aussi longtemps que je me souvienne. Pourtant, je la considérais, comme tous mes patients, comme une enfant. Et je n’avais pas pour habitude de vouvoyer les enfants. Disons que sa condition, ce qu’elle avait vécu, m’avait rendu si amer, que je lui devais au moins cela. Un respect inconditionnel. Une culpabilité qu’elle ne pouvait ignorer. La blessure était profonde. N’importe qui l’aurait emmené aux urgences, dans cet état. Sauf qu’elle avait sûrement des traqueurs aux trousses. Sauf qu’elle était sur liste noire. Je ne leur ferai pas le plaisir de leur livrer une nouvelle victime à torturer. « Lumen… » Ma voix semblait s’éteindre dans son inconscient. « Lumen, je dois enlever cette balle … mais je n’ai pas tous les instruments nécessaires ici… Je vais utiliser ce que j'ai... ça risque de faire un peu mal... aussi, il vaut mieux que vous soyez endormie... » Mon pouvoir avait une limite. Je pouvais cicatriser les blessures, mais rien de plus. La balle, je devais la retirer moi-même. Mon travail de médecin. « ...pour que vous ne souffriez pas. » J’en avais assez des cris, des larmes, de la peur. Je les avais suffisamment entendus. Une petite piquûre, et quelques minutes plus tard, Lumen dormait dans les bras de Morphée, pendant que j’extrayais la balle, et finissais par poser mes mains à plat sur sa blessure, afin qu’elle se referme. Il ne restait plus rien. Pas même une cicatrice. Hélas, je n’avais pas le pouvoir de lui rendre le sang qu’elle avait perdu en chemin. Elle devait donc se reposer, le temps que son corps se régénère de lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lumen H. Warrens
Mutant Rebelle
Mutant Rebelle
avatar

Avatar : Lyndsy Foncesa
Un souvenir ? :
Messages : 256
Date d'inscription : 30/12/2012
Localisation : Dans l'obscurité.

Ton Passeport S'il Te Plait ?
Âge du personnage: 22ans
Pouvoir: Félinisation
Autorises-tu Escape à te défier: Oui

MessageSujet: Re: Est-ce que chat va ? || Lumen   Mar 15 Jan - 20:24






La douleur semblait s'emparer de tout mon abdomen, mon souffle était lent, ma vue floue, des larmes coulaient des mes yeux, je serrais la mâchoire pour ne pas hurler, ma main appuyée sur mon ventre. Je perdais beaucoup de sang, surement trop vu comment je me sentais faible. Mes jambes ne me portaient plus, ma tête était lourde.
Il me souleva du sol affolé et alors qu'il me déposait sur le canapé, la chaleur de la cheminée faisant cessé mes tremblements, du moins ils diminuèrent, mon corps ne supportait pas de perdre autant de sang. Il ferma la porte et revint vers moi je lui expliquait donc que des agents du centre m'avait piégé.
Il souleva doucement le tee shirt qui se décolla de ma plaie dans un cri de douleur. Je me raidis ce qui ne fit qu'empirer la situation. Il finit par m'avouer qu'il fallait m'endormir et je me redressais d'un coup paniquée.

- Non.. Non je vous en pris faites pas ça.. Et s'ils viennent, je.. Je veux pas retourner là bas je vous en supplie !

Il pouvait lire dans mon regard à quel point je paniquais.Je saisis son bras et il m'assura qu'il ne m'arriverais rien. Angoissée je finis par me rallonger, grimaçant en sentant son aiguille se planter dans ma peau. Je tournais mon regard bleu azur emplit de larmes vers lui et d'une voix faible, tandis qu'il m'injectait le produit je l'implorait de me donner la force de lui faire confiance.

- Les laisser pas m'emmener s'ils viennent.. Promettez le.

Ma vue se troubla encore plus rapidement, j'entendis les crépitements du feu de loin, mes paupières étaient lourdes et je finis par ne plus pouvoir les garder ouvertes. Je pus percevoir ses pas s'éloigner, l'entendre sortir ses instruments et puis plus rien.

Le lendemain au Petit matin.


Ma bouche était sèche, pâteuse. Ma tête bourdonnait comme si je venais de me prendre une poutre sur le coin du crâne. Difficilement j'entrouvris les yeux et les refermaient. Je souleva ma main qui retombait aussitôt. Je me sentais vidée, épuisée, je ne savais pas ce qu'il m'avait mais cela avait du marcher car en descendant la fermeture de ma combinaison jusqu'à mon ventre, je découvris au toucher, que je n'avais ni pansement ni plaie. Je laissais tomber ma main sur mon ventre et je ne pus m'empêcher de replonger dans un sommeil profond.


Après midi
Je ne savais depuis combien de temps j'étais là mais j'avais extrêmement chaud. Avec difficultés, comme si mes membres pesaient trois tonnes, je retirais ma combinaison en cuir et la jetait d'un geste mou sur le carrelage de la chambre plongée dans la pénombre. Je vis sur la table de nuit une bouteille d'eau. D'un geste pénible je me servis un verre et le portait à mes lèvres, me désaltérant ainsi plusieurs fois. Je poussa un long soupire qui alerta le docteur qui vint pousser al porte entrouverte de la chambre. D'un geste lent je me tournais vers lui, n'étant vêtue que de mes dessous, la couette étant à mes pieds Je lui sourit faiblement et d'une voix faible avec toute la reconnaissance qui pouvait se lire dans ma voix j'articulais doucement

- Merci pour tout..


(c) Spinelsuns

• • • • • • • • • • • • • • •

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]❝ Ceux qui jouent avec des félins doivent s'attendre à être griffés. ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Est-ce que chat va ? || Lumen   

Revenir en haut Aller en bas
 

Est-ce que chat va ? || Lumen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "s'entendre comme chien et chat"
» Tête de chat déformé, déjà vu ça ?
» Quelques conseils suite à l'adoption d'un chat
» chat qui vomi
» Husky et chat?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fugitifs :: New York City :: Staten Island :: Check Point (Frontière)-